samedi 2 février 2019

VE 9-1 Distorsion € Bonus


Le VE : Innovation pérenne ou rêve écologiste ?


« Dans un monde inondé d’informations sans pertinence, le pouvoir appartient à la clarté. »  Yuval Noah Harari




Distorsions de concurrence « hard »

9.1. Distorsion € Bonus / Malus 2019

  • Il a été créé en vue de réduire les émissions de CO2, mais s’avère fort peu pertinent, car ces émissions résultent en réalité d’un produit de 3 facteurs, et de 4 correctifs, soit 7 éléments.
    • Emission normalisée (gr/km) x distance parcourue (km/an) x durée de vie du véhicule
    • Vitesse, trafic, style de conduite, entretien.
    • Or le Bonus / Malus ne prend en compte que le premier facteur seul. Il pousse à acheter plutôt 2 petits véhicules qu’un gros, et est sans effet sur les autres facteurs, notamment le kilométrage parcouru.
  • Il s’y ajoute une prime à la conversion complexe, dont nous ne retiendrons que la disposition, sans condition de ressources, attribuant une prime de 2 500 € pour l’achat d’un véhicule électrique ou hybride neuf accompagné de la destruction d’un VT D ancien.
  • Ces dispositions partent d’un bon sentiment, mais aussi d‘une mauvaise analyse du problème :
    • Nous avons montré que le VE est loin d’être exempt de CO2.
    • Le VTE hybride rechargeable homologué à 40 gr ou moins peut être 100% VT ou 100% VE selon l’utilisation qui en est faite.
    • Le VT hybride bénéficie d’une mansuétude surprenante, car il reste fondamentalement un VT qui n’apporte de gain significatifs sur le CO2 que lors de son utilisation urbaine.
    • L’ensemble oriente vers de supposées solution discutables et chères, choisies a priori, plutôt que vers un résultat (émettre moins de CO2).
    • Le trait mixte orange est une suggestion logique lisible : neutre à 115 gr WLTP, et +/-50 €/g de CO2 si excès ou réduction. Mais elle reste moins cohérente et efficace que la taxation directe du CO2 via le carburant.
    • La ligne droite mauve est relative à la norme UE qui est abordée dans le message dédié.



  • La distorsion de concurrence en faveur du VE est donc, au minimum de 6 000 € par VE, hors malus sur les gros VT
  •  A titre de comparaison, la distorsion est encore moins justifiée en Allemagne, avec une subvention de :
    • 4 000 € pour un VE
    • 3 000 € pour un VT hybride rechargeable qui vont augmenter les émissions de CO2 !
  •  Plus grave, le barème traduit des choix technologiques du gouvernement :
    • Dissuader les VT, particulièrement les diesels,
    • être neutre pour les VT hybrides non rechargeables,
    • Encourager les VE ou assimilés « VTE », hybrides rechargeables homologués à moins de  40 gr.
  • Au lieu de :
    • Uniquement taxer les externalités, CO2 et pollution,
    • Laisser la créativité et le marché s’exprimer,
    • Par exemple par des VT hybrides simples et légers,
    • Ou toute autre innovation.

 Par surcroît, la prime à la conversion, qui tend à réduire le parc de diesel, est en contradiction avec que le bonus/malus, basé sur le CO2, et donc favorable au diesel. On y ajoute des critères de revenu qui n’ont rien à voir, et on arrive à des dispositions illisibles…