samedi 2 février 2019

VE 10-4 Espérance de vie


Le VE : Innovation pérenne ou rêve écologiste ?
« Dans un monde inondé d’informations sans pertinence, le pouvoir appartient à la clarté. »  Yuval Noah Harari


VE10- 4 Espérance de vie

Pessimisme excessif : L’espérance de vie

Selon une opinion largement répandue, tout va mal :
  • L’air est de plus en plus pollué, il est nocif, et chacun a de plus en plus peur de la pollution, et notamment de sa source la plus visible, l’automobile, même si ce n’est plus la source principale.  
  • Les aliments sont bourrés de produits chimiques nocifs, « cancérigènes ». Il faut s’en protéger en consommant :
    • En utilisant des produits alimentaires ou cosmétiques « SANS » (OGM, additifs, colorants, édulcorants, paraben, aluminium, huile de palme…) au gré des mises au pilori souvent aussi arbitraires qu’infondées
    • En consommant des produits « traditionnels », « naturels », « artisanaux », « locaux », « made in France », car tout ce qui est industriel ou étranger ne saurait, contre toute évidence, qu’être mauvais.
    • En rejetant tout ce qui est « industriel » (pourtant plus fiable et moins cher, « synthétique » (même si c’est la même molécule !).

Vraiment ?

Si telle est vraiment la situation, notre espérance de vie ne peut que diminuer. Vérifions son évolution à partir des chiffres INSEE sur une longue période…



NON ! En 60 ans, l’espérance de vie en France a augmenté de 15 ans, soit 1 trimestre par an !
  •  Précisons que la minuscule chute observée sur la seule année 2015 n’est pas une inversion de tendance, mais un changement de série : Mayotte, dont les chiffres sont beaucoup moins bons, a été intégrée dans la statistique.
  • Les progrès de la médecine y ont sans doute contribué, mais ne sauraient à eux seuls aboutir à un résultat aussi spectaculaire. Il faut donc bien en conclure que les conditions générales de vie et d’alimentation se sont aussi grandement améliorées.
  • Les esprits chagrins feront observer que depuis peu, le taux de mortalité (ratio décès/population) augmente. Ce n’est nullement contradictoire, mais simplement dû au fait que la génération du baby-boom commence à arriver à l’âge du décès, succédant ainsi aux classes très creuses des naissances entre 1930 et 1945, elles-mêmes issues de pères eux-mêmes décimés par la guerre de 14-18.
  • L’espérance de vie est-elle encore améliorable ? Oui, mais pas indéfiniment, car le vieillissement endogène reste incontournable, mais sans doute quand même sur un point :  Réduire l’effet « nocebo » (cher au Dr Knock) de la dénonciation abusive de risques imaginaires : Si on cessait d’alarmer le grand public à tort, il serait peut-être en meilleure santé, et certainement plus heureux !


Ce pessimisme infondé justifie des mesures excessives, et notamment les énormes subventions au véhicule électrique qui n’est pas vraiment prioritaire car il n’apporte qu’un faible avantage.